Lundi 28 avril 2008

Kenya – Jour 1

Mercredi 9 avril.
Nous arrivons au terminal 2F de Paris – Charles de Gaulle vers 16h.
Convoqués à la porte 16, là où il y a le stand des agences de voyage. Sauf qu’il n’y a personne au stand des agences, situé à une extrémité de l’aérogare (important pour la suite).

Rapide coup d’oeil au tableau d’information en passant, le vol que nous devons prendre pour Amsterdam (il n’y avait plus de vols directs depuis la France depuis les soit-disantes émeutes suite aux élections présidentielles) est prévu vers 18h30, contrairement à ce que pensaient mes parents qui avaient retenu 19h30. Vu cette petite incohérence d’horaires, je décide de regarder les papiers d’un peu plus près, je me rends compte qu’en fait on nous a envoyé deux versions des informations (dans le même courrier !) concernant notre voyage : au niveau des horaires, et même du jour de retour, rien ne correspond.

L’heure tourne, l’avion doit décoller dans moins de deux heures, et nous n’avons toujours pas nos billets.
Je décide d’appeler l’agence en espérant qu’ils pourront nous aider à trouver leur assistant(e) sur place, mais ils n’arriveront pas à la joindre. Nous repartons donc en quête d’information auprès du personnel de l’aéroport.
Le point information nous envoie au stand des agences d’où nous venons. Finalement, une personne a la bonne idée de constater que si nous avons un échange à Amsterdam, c’est qu’on voyagera avec KLM et nous conseille d’aller nous renseigner au point de vente de la compagnie. Ces derniers nous envoyant nous renseigner à l’enregistrement des vols KLM vers la porte 2.

Ballon Mickey - Terminal 2F, Paris CDG

Il est 17h passé de quelques minutes et c’est là que, par hasard, nous trouvons l’assistante de l’agence (qui se trouve être en fait l’assistante d’une autre agence parce qu’ils regroupent leurs voyages) vers la fameuse porte 2, à l’autre extrémité de l’aérogare.
Elle nous confirme que ce qui est imprimé sur les docs reçus est complètement faux, et nous donne une nouvelle version des informations qu’elle avait reçu par email. Elle nous apprend également que nous avons des billets électroniques, alors que ce n’était pas mentionnait sur les papiers fournis par l’agence, et qu’on aurait donc pû récupérer nos billets à une borne dès le départ.
Petite envie de meurtre.

17h15 : enregistrement des bagages. On fait ensuite une pause au bar pour nous remettre de nos émotions.
18h : dans la file d’attente pour le passage à la douane. Et comme il nous reste moins d’une demi heure avant l’embarquement, on passe devant tout le monde.
18h15 : embarquement.

Le vol est rapide, trop même, on a à peine le temps de finir le sachet de « taralluci au fenouil ». Et la descente est déjà amorcée à 19h05.

Arrivés à Amsterdam – Schiphol, nous aurons juste le temps de grignoter avant de repasser la douane (avec une vraie vérification des passeports et des gens qui te regardent 3 fois pour vérifier, car cette fois on quitte la zone de l’Union Européenne). D’ailleurs le système de terminal unique est bien plus pratique que notre bordélique CDG, et les temps de trajet vers les autres portes sont même indiqués.

Zone de transit - Aéroport Schiphol - Amsterdam

Vol Kenya Airways, embarquement vers 20h40, décollage prévu à 21h.
Première fois que je monte dans un si gros coucou, avec des écrans individuelles qui permettent aux hotesses d’être de grosses feignasses : c’est un personnage virtuel qui s’occupe de donner les instructions…

Les prochaines heures se dérouleront à 37000 pieds d’altitudes, à plus ou moins 537 mph avec une température extérieure de -52°F. Où il s’agit de trouver le sommeil entre les bips-bips à chaque turbulence, les enfants agités et la petite vieille de derrière.

no more cindy plz

Je découvre sur M6, dans T’empêches tout le monde de dormir (oui, c’est très très mal, mais j’étais en train de zapper, je vous le jure), que Cindy n’abandonne finalement pas la musique (souvenez vous des castings de la Nouvelle Star).
Et ce n’est pas tout ! Il parait même qu’elle a un tube et que ça a fait un énorme buzz sur internet. Jamais entendu parler avant. Alors je suppose qu’il y a donc des fans, ce qui est grave. Il est donc temps de prendre des décisions importantes pour arrêter tout ça : je propose de couper l’accès internet de ces fans, immédiatement. Il ne mérite pas d’accéder à internet.

Pour les curieux, le prétendu tube s’appelle Papillon de Lumière : la vidéo type « karaoké » avec les paroles, ou mieux, les répétitions de la chorégraphie (admirez la scène, ce poteau, ahhhhh…).

Et pour les masochistes, vous pourrez probablement retrouver ça sur M6 Replay (le site de daube qui ne marche qu’avec Internet Explorer), et pensez alors à lire les SMS que l’émission reçoit, c’est un délice.

Et sur TF1, Confessions Intimes avec, par exemple, un reportage intitulé « A la maison mon fils se comporte comme un pacha » ! Une fin de soirée télévisuelle délicieuse !

Jambo !

Me revoilà !
Fin des vacances au Kenya.
Rentré samedi en France, et hier à Paris.

C’était donc bien, très bien, très intéressant, très beau pour les yeux. Beaucoup de choses à raconter. Mais il faudra être encore un peu patient.
J’ai appuyé 1946 fois sur le déclencheur de l’appareil (bon, en fait, un peu moins à cause du mode rafale). J’ai donc beaucoup, beaucoup, beaucoup de tri à faire.
En attendant, vous pouvez voir une première sélection de photos dans l’album flickr. J’essaierais d’en ajouter d’autres rapidement.

Et demain, nouveau boulot !

Jambo (prononcez djambo) signifie bonjour en swahili.

préparatifs

  • Passeport : fait.
  • Vaccins : faits (ça coûte cher !).
  • Médicaments : achetés (ça coûte cher aussi !).
  • Loyer et autres factures du mois : payés.
  • Solution pour le chat : trouvée.
  • Lessives : faites.
  • Faciliter la mise à jour de quelques sites en mon absence : fait.
  • Acheter encore du matos pour la photo : partiellement fait.

Reste à faire :

  • Trouver un adaptateur pour les prises.
  • Acheter 2 filtres pour les objectifs.
  • Mettre à jour ma playlist.
  • Acheter un livre ou deux.
  • Finir la valise.
  • Vérifier la valise.
  • Je n’oublie rien, vraiment ?
  • Re-vérifier la valise.
  • Ne pas oublier mon passeport.
  • Croiser les doigts pour la météo.

Et comme j’ai l’option internationale sur mon forfait téléphone, je pourrais toujours recevoir des appels urgents/importants (les messages déprimants sont interdits), et même recevoir les SMS et les directs messages via Twitter — enfin, quand je serais proche d’une grande ville, ce qui ne devrait pas être le cas entre le 10 et le 16. Je ne suis donc pas sûr de pouvoir vous prévenir en live si je me fais bouffer par un lion ou écraser par un hippopotame.

Classé dans Life par Mr Peer le Lundi 7 avril 2008 à 01:22
5 commentaires

paris carnet #57

Résumé : Laurent a embrassé une femme. Avec la bouche. Et la langue.